L'Institut du Salarié

JOB VACUUM : Anne V. - Directrice Marketing, 50 ans

Publié par L'Institut du Salarié | 02 avril 2018
TOUTES SES MISSIONS SONT DÉLOCALISÉES A L’ÉTRANGER

Anne est à bout, elle n'a plus rien à faire, toutes ses missions ont été "délocalisée" en Hongrie. Elle se retrouve seule face à sa direction, qui feint de ne pas comprendre sa situation et reste muette aux questions qu'elle poste sur son devenir... I

 "Je n'avais plus rien à faire. Mes collaborateurs avec qui j'avais passé ces 6 dernières années m'interrogeaient sur leur devenir, désœuvrés ils étaient inquiets. J'étais tenue par la confidentialité concernant le projet de licenciements qui allait bientôt être initié. Je me sentais mal vis-à-vis d'eux, j'avais le sentiment de les trahir, nous avions tant partagé. Je pressentais que ce plan dont je devrais assumer les conséquences "collatérales" soit l'annonce de mon avenir professionnel au sein du Groupe. J'étais seule, exténuée de ne rien faire, tournant et retournant mes idées sans pouvoir réfléchir sereinement. Même si je savais qu'en participant à la mise en place de la nouvelle organisation que je ne cautionnais pas, mes jours seraient comptés, je ne m'attendais pas à ce qu'on me demande en plus de faire "avaler" le plan à mes collaborateurs. 

Sur les conseils d'un ami, j'ai contacté l'Institut du Salarié. J'ai bien fait, le courant est passé dès notre premier contact. On a préparé ensemble une communication pour mon équipe, je n'ai pas eu à leur mentir, j'ai fait une présentation individuelle éclairée de notre situation au sein du Groupe. Cela aura permis de détendre le climat dans le service, c'était déjà beaucoup.

Sur les conseils de l'Institut du Salarié, j'ai débuté la négociation de mon propre départ sans attendre le prochain plan. Tout avait été scrupuleusement préparé dans le détail, un vrai "plan de bataille". J'ai été préparée aux différentes étapes de la négociation, et plus particulièrement sur le point de friction qui intervient souvent, et qui est nécessaire lorsque les discussions bloquent. Je disposais d'un argumentaire à toute épreuve et d'un chiffrage aussi complet que précis.

Ils ont été disponibles, encourageants, pragmatiques et présents. Non seulement j'ai très honorablement négocié mon départ, mais j'ai également obtenu des indemnités et aides supplémentaires pour mon équipe grâce aux conseils qu'il m'ont donnés.

Je suis partie en bons termes avec la direction, et n'ai pas trahi mon équipe.

Je remercie vivement l'Institut du Salarié, sans leur soutien et leur clairvoyance, je serais certainement dans ce nouveau plan qui vient d'annoncer la fermeture définitive de la filiale française. Cette rencontre aura été une réussite à tout point de vue. Sans hésiter, j'associe toute mon ex équipe à ce mot de remerciements"




 


Partager l'article :

L'Institut du Salarié

Nos prestations

Thématiques

Mots clés

CDI Harcèlement

Archives